Avec l’avènement de l’informatique, les entreprises modernes ont opté pour une gestion numérisée de leurs données. Bien sûr, cela suppose que la société détient un patrimoine informatique. Désormais bien archivés, les documents de l’entreprise sont à l’abri des incendies et autres intempéries. Mais avec l’évolution de la technologie, il est désormais possible de sécuriser ces fichiers à l’externe, avec de fortes capacités de stockage. Le Cloud est une pratique en vogue. Revenons sur sa définition et ses utilités.

Le Cloud : que retenir ?

En anglais « Cloud » signifie nuage. Vous vous demandez certainement ce qu’une telle appellation vient faire dans le domaine informatique. C’est en effet une expression imagée qui résume le mode de fonctionnement de ce nouveau système de stockage. À première vue, cela peut paraitre peu commode de confier les ressources informatiques d’une entreprise à un partenaire externe. Quand on sait qu’elles représentent des données stratégiques et donc vitales pour la firme, pourquoi prendre autant de risques ? Avant de répondre à cette préoccupation, une schématisation du système Cloud s’impose. En réalité, un fournisseur comme https://www.planethoster.com/fr/Serveurs-HybridCloud met à disposition des entreprises ou des travailleurs indépendants son serveur. Cette mise à disposition se fait à distance via internet. C’est par ce canal que les employés stockent l’ensemble des données de leur société. C’est une organisation en réseau informatique qui n’a rien de commun avec un système « network ». À ce niveau, c’est plutôt une localisation interne des fichiers. Le Cloud propose donc une externalisation du stockage que peut bien s’arrimer une structure « network ».

Comment fonctionne le Cloud ?

Revenons à notre préoccupation majeure. Pourquoi prendre le risque d’externaliser les données stockables d’une entreprise ? La réponse permet de définir le fonctionnement du Cloud. Grâce à la bande passante, les fournisseurs Cloud disposent d’un serveur accessible 24 h/24. L’entreprise qui sollicite son service met tout son pack informatique en relation avec un compte qu’elle aura ouvert sur la plateforme de son partenaire. La sécurisation des données prend déjà forme. L’ouverture d’un compte suppose que n’importe qui ne peut accéder aux données stratégiques de la société. Mieux, ce compte est compartimenté en sous-comptes appartenant à chaque employé. Ils disposent de codes d’ouverture de compte. C’est à ce niveau qu’intervient le second niveau de sécurité des données. Il faut toutefois notifier qu’il est possible de se partager des données entre collègues via le compte Cloud de l’entreprise. De toutes les façons, tout ceci se passe à l’interne. Si le compte est important (en fonction du flux échangé par jour), l’hébergeur met en place une administration centralisée pour une gestion optimisée. Mais l’entreprise doit également disposer d’une connexion internet haut débit pour mieux jouir de toutes les fonctionnalités du Cloud.

Quels sont les avantages du Cloud ?

Le Cloud offre de gros avantages. Ils sont liés à la disponibilité des ressources, au coût et aux modalités d’abonnement.

  • Le Cloud est plus pratique

Avec le système classique de stockage, les employés ne peuvent avoir accès aux ressources qu’aux heures de travail. S’ils sont en déplacement, ils ne peuvent pas exploiter leurs archives. Le Cloud offre une certaine liberté en la matière. Peu importe votre situation géographique. Vous pouvez consulter votre compte Cloud à n’importe quel moment. Mieux, il peut le faire à partir de son Smartphone, de sa tablette ou de son PC.

  • Le Cloud est moins cher

L’entretien d’un pack de stockage informatique revient cher à l’entreprise. Hormis l’achat des intrants, il faut compter avec les frais de maintenance. Avec un compte Cloud, l’entreprise s’épargne de telles dépenses. Elle ne paiera que les frais d’abonnement à son fournisseur. Encore que ces frais sont insignifiants comparés au lourd investissement que requiert un stockage traditionnel des données informatiques. Il revient au fournisseur de faire le nécessaire pour assurer la fluidité requise.

  • Le Cloud est moins contraignant

Souscrire un hébergement sur un serveur Cloud est relativement simple pour l’entreprise. Il s’entend simplement avec son fournisseur sur les modalités. Elle peut choisir un abonnement mensuel. En cas de changement d’option, il lui suffit de modifier en ligne la formule d’abonnement.

Le Cloud pour quelles utilités ?

On retient essentiellement trois grandes utilités pour le Cloud. Elles concourent toutes à une gestion optimale des ressources virtuelles de l’entreprise.

L’Iaas ou la location de plateforme

La fonctionnalité « Infrastructure as a service » du Cloud permet au fournisseur de mettre ses propres ressources à disposition de l’entreprise demandeuse. Elle est considérée comme la raison d’être du Cloud. L’hébergeur stock donc sur son serveur, le hardware et le software de l’entreprise partenaire. Il peut également héberger son adresse IP et ses serveurs.

Le Paas ou les ressources préinstallées

Grâce au service « Platform as a service » du Cloud computing, le fournisseur propose des services sur mesure à ses clients. En effet, il installe à l’avance le système d’exploitation sur son serveur. Il installe également les logiciels et autres programmes. Chaque fournisseur fait preuve d’ingéniosité en proposant des fonctionnalités plus intéressantes les unes que les autres. Il peut arriver que des programmes d’autres éditeurs soient rajoutés, sur demande de l’entreprise bénéficiaire.

Le Saas ou les applications en ligne

Le « software as a service » est une composante du Cloud. Il permet au fournisseur d’héberger les programmes de l’entreprise. Cette dernière n’a donc plus besoin d’acheter des licences pour les mises à jour de ses applications. Le fournisseur s’en charge. Mieux, les employés pourront utiliser en ligne les applications sans besoin d’installation sur leur PC.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here